Votre JavaScript est désactivé.

Merci de l'activer pour utiliser Pharmaid.

Suivez ce lien pour activer JavaScript ou contactez-nous.

Attention, votre navigateur ne permet pas de profiter de Pharmaid à 100%

Pour remédier à ce problème, nous vous proposons de télécharger un des navigateurs suivants

Chute des cheveux : cystine ou kératine ?

Quand les cheveux tombent en masse, il peut être intéressant de faire une cure de compléments alimentaires. Mais quel produit choisir ? Riche en cystine ou kératine, le principal constituant des cheveux ?

07/05/2018 11:31am

«Le cheveu est produit par le follicule pileux qui est le siège d’une intense activité métabolique, rappelle le Pr Nina Hermans du Groupe de recherche NatuRa, à l’université d’Anvers. Il synthétise en effet entre 50 et 100 protéines différentes, parmi lesquelles la kératine. Raison pour laquelle les apports en nutriments, et notamment en acides aminés, sont essentiels à la santé du cuir chevelu. Le follicule pileux est en effet une structure dynamique et tout type de chute de cheveux peut être aggravée par des facteurs tels que le soleil, l’humidité, la chaleur, la pollution, les oxydants, la fumée, les médicaments, les cosmétiques, l’alimentation, les tractions, le stress et les frictions». Le cycle pilaire se compose d’une phase anagène ou de croissance qui dure 3 à 6 ans, suivie par une phase catagène ou d’involution d’une durée de 3 semaines et enfin d’une phase télogène ou de repos qui s’étale sur 3 mois. Il s’agit de la phase d’élimination: le bulbe se retrouve à la surface du cuir chevelu et le cheveu tombe, poussé par le nouveau en formation. La plupart des follicules se trouvent en phase anagène (80-85% chez l’homme et 85-95% chez la femme), 0 à 2% sont en phase catagène et enfin, 15-20% sont en phase télogène chez l’homme et 5-15% chez la femme.

Pertes de cheveux
Cent mille à 150.000 cheveux couvrent la tête, poussent, tombent et se renouvellent continuellement. La perte de cheveux est considérée comme problématique si elle est supérieure à 100 par jour, pendant plus de 3 mois.
La principale protéine de la fibre capillaire est la kératine, qui contient de nombreux acides aminés, dont deux très riches en soufre: la méthionine et la cystéine.

Il existe 4 grands types d’alopécie, précise la pharmacienne anversoise:
• «La chute aiguë diffuse: effluvium télogène aigu (post partum), effluvium anagène aigu (chimiothérapie), perte toxique ou médicamenteuse de cheveux;
• la chute chronique diffuse: alopécie androgénétique, carence martiale, affections systémiques, effluvium télogène chronique;
• la chute localisée non cicatricielle: pelade, trichotillomanie, alopécie de traction;
• la chute localisée cicatricielle: post-ménopausique, alopécie frontale fibrosante, lupus, Tinea corporis (infection fongique, teignes)».

L’alopécie androgénétique correspond à une chute anormale des cheveux pour raisons endocriniennes et génétiques. Elle touche 25% des hommes à partir de 25 ans et 50% d’entre eux après 50 ans. Elle concerne 10% des femmes dès 20 ans et 45% après la ménopause.
Le diagnostic repose sur l’anamnèse et l’examen clinique. Le dermatologue peut réaliser une trichoscopie à l’aide d’un dermatoscope, qui permet d’analyser le cuir chevelu et d’évaluer le diamètre des tiges pilaires (50-80 micromètres). Il peut encore faire un trichogramme pour quantifier les cheveux dans les différentes phases: le rapport anagène/télogène donne le coefficient de croissance des cheveux.

Force et stabilité
La principale protéine de la fibre capillaire est la kératine, qui contient de nombreux acides aminés, dont deux très riches en soufre: la méthionine et la cystéine. La cystéine a des propriétés physico-chimiques uniques et joue un rôle physiologique essentiel, notamment pour la cohésion du cheveu. La cystéine est un acide aminé caractérisé par la présence d’un groupe thiol et elle est particulièrement importante pour la kératine parce qu’elle assure, via des ponts disulfures, la stabilité et la force des fibres capillaires, leur insolubilité et leur stabilité thermique. La cystine naît en effet de la formation d’un pont disulfure entre deux molécules de cystéine.

Absorption de la cystine
Les protéines alimentaires ne sont pas directement absorbées par le système gastro-intestinal. Elles doivent d’abord être décomposées en acides aminés. Dans l’estomac, c’est la pepsine qui décompose les protéines alimentaires en polypeptides. Dans l’intestin grêle et le pancréas, des enzymes protéolytiques poursuivent la digestion des polypeptides en acides aminés (dri/tripeptides), qui sont ensuite activement transportés hors de la lumière intestinale. Il existe des protéines de transport spécifiques pour la cystéineet la cystine: dans les vaisseaux sanguins, c’est la forme oxydée, la cystine, qui circule vers tous les tissus, dont le follicule pileux, où elle participe à la construction des protéines, dont la kératine.

Le Pr Hermans précise qu’une étude a démontré que l’AlanineSerine-Cystéine transporteur (ASCT) est spécifiquement exprimé dans les follicules pileux humains et que, in vitro, la quantité de cystéine disponible détermine la vitesse de croissance du follicule pileux, la synthèse des protéines et le diamètre de la fibre capillaire (Exp dermatol 1999;8:319-20).

Prévenir la carence en cystéine ?
La cystine est donc soit apportée via les protéines de l’alimentation, soit fabriquée dans l’organisme à partir de la méthionine. Cependant, la conversion de la méthionine en cystéine/cystine nécessite de la vitamine B6 et une bonne
fonction hépatique. Certaines affections ne permettent pas une conversion optimale de la méthionine en cystéine: l’homocystinurie (maladie génétique due à un déficit enzymatique), des troubles hépatiques (et la consommation excessive d’alcool, la carence en vit B), la prématurité et l’interaction avec le métabolisme d’un médicament. Il y a alors une production insuffisante de cyst(é)ine dans l’organisme.

Comment la cystine est-elle absorbée à partir des compléments alimentaires contenant de la cystine/kératine? Une recherche, réalisée dans le cadre d’une thèse à l’université d’Anvers (Breynaert A., 2014), a comparé la digestion, la libération et la solubilité de la cystine et de la kératine, en utilisant un modèle de simulation du tractus gastro-intestinal (GIDM). Six compléments alimentaires contenant de la cystine (500, 400, 125, 46 ou 3mg) ou de la kératine (250mg) ont été testés pour déterminer la quantité de cystine disponible après digestion.

Conclusion? Les compléments alimentaires contenant de la cystine n’ont pas tous libéré cet acide aminé de façon efficace pour être absorbé par l’intestin. Le meilleur résultat a été obtenu avec le produit le plus fortement dosé (500mg). En revanche, aucune cystine n’a été retrouvée après digestion du complément à base de kératine qui est très peu soluble et très résistante à la digestion gastro-intestinale...

Phn Martine Versonne

Source: Pharma-sphère