Votre JavaScript est désactivé.

Merci de l'activer pour utiliser Pharmaid.

Suivez ce lien pour activer JavaScript ou contactez-nous.

Attention, votre navigateur ne permet pas de profiter de Pharmaid à 100%

Pour remédier à ce problème, nous vous proposons de télécharger un des navigateurs suivants

Les plantes au secours des maux de l’hiver

Thym, eucalyptus, plantain… certaines plantes sont efficaces pour aider l’organisme à se prémunir contre les maux de l’hiver ou pour accélérer la guérison en cas de rhume, de toux, de mal de gorge…

31/01/2018 5:27pm

Bien passer l’hiver nécessite avant tout une bonne hygiène de vie, à savoir une alimentation équilibrée (riche en vitamine C et en fibres), un sommeil suffisant et réparateur, la pratique d’une activité physique, l’aération du domicile et le lavage régulier des mains, notamment après s’être mouché et en rentrant chez soi après avoir fréquenté les transports en commun. 

Pour préparer son corps à résister aux menaces hivernales, on peut se tourner vers les sources naturelles riches en vitamine C comme le fruit de l’acérola (Malpighia emarginata) ou celui de l’églantier (Rosa canina), le cynorrhodon. Pour donner un petit coup de fouet et retrouver de l’énergie, on peut prendre du ginseng (Panax ginseng) ou des produits à base de propolis pour leur teneur en flavonoïdes et leurs propriétés antibactériennes et anti-oxydantes.

Thym
Quant aux plantes actives dans les affections de l’appareil respiratoire, elles sont légion. Commençons par le thym (Thymus vulgaris et T. zygis) dont les feuilles et les fleurs peuvent être utilisées comme expectorant en cas de toux productives associées aux rhumes. On attribue ces propriétés expectorantes et antiseptiques à sa teneur en huile essentielle riche en phénols, et particulièrement en thymol et en carvacrol. Mais ce n’est pas tout, le thym est aussi doué de propriétés anti-inflammatoires (attribuées à l’acide rosmarinique), antispasmodiques (grâce aux flavonoïdes à action antitussive), antibactériennes, antivirales et antioxydantes.Ainsi, les pastilles à base de thym adoucissent la gorge et désinfectent. Cet usage traditionnel du thym est reconnu par le Comité des médicaments à base plantes de l’Agence européenne du médicament (EMA), qui réserve ces préparations aux adultes et aux adolescents.

Erysimum, Plantain
Les parties aériennes de l’Erysimum (Sisymbrium officinale) sont recommandées par l’EMA pour soulager les irritations de la gorge telles que la voix enrouée, l’extinction de voix et la toux sèche. Cette plante possède en effet des propriétés myorelaxantes qui permettent de soulager les cordes vocales, anti-inflammatoires (diminution de l’irritation et des douleurs), mais aussi anti-fongiques, antibactériennes et anti-oxydantes. Autre plante active en cas de toux sèche, le Plantain (Plantago lanceolata). Ses feuilles riches en mucilages, en tanins et en glycosides iridoïdes (aucubine, catalpol), possèdent des propriétés anti-inflammatoires (inhibition de la cyclo-oxygénase 2, via l’aucubine) qui réduisent l’irritation de la muqueuse, antivirales et antibactériennes (via le catalpol), broncho-spamolytiques (relaxantes sur les muscles lisses du système respiratoire), immunostimulantes et émollientes (surtout en cas d’inflammation). L’EMA recommande le plantain comme émollient pour le traitement symptomatique des irritations des muqueuses de la bouche et du pharynx, associées à une toux sèche. La Commission E (phytothérapie) allemande conseille aussi le plantain en traitement oral des infections et des inflammations de l’appareil respiratoire. En cas de laryngite, d’autres plantes adoucissantes ou mucilagineuses peuvent aussi soulager le patient. Par exemple, les tisanes de racine de réglisse (Glycyrrhiza glabra) ou de guimauve (Althaea officinalis), et les feuilles de sauge officinale (Salvia officinalis). Enfin, les fleurs de bouillon blanc (Verbascum thapsus) font partie des plantes les plus recommandées contre la toux, la trachéite et la laryngite.

Baisser la fièvre
Certaines plantes stimulant la transpiration et l’élimination, seront plus spécifiquement actives pour contrer la fièvre. Par exemple, les tisanes d’orties, de feuilles d’eucalyptus, de reine-des-prés, de camomille romaine, de fleurs de sureau… Idem pour la racine de gingembre (Zingiber officinale), qui soulage en outre les symptômes tels que la toux et l’encombrement bronchique. On peut par exemple faire infuser quelques rondelles de gingembre frais dans de l’eau bouillante

Echinacée & co
La racine et les feuilles d’échinacée (Echinacea angustifolia) stimulent le système immunitaire, notamment lorsque l’organisme est soumis aux infections affectant la sphère rhino-pharyngée. Plus généralement, les symptômes du rhume, de la fièvre et des maux de tête peuvent encore être combattus par des tisanes à base de menthe poivrée (Mentha piperita), de romarin (Rosmarinus officinalis), de tilleul (Tilia cordata), d’écorce de cannelle (Cinnamomum zeylanicum), d’achillée millefeuille (Achillea millefolium) et de Grande camomille (Tanacetum parthenium), ou par des inhalations à base de feuilles d’eucalyptus. Outre son action sur la digestion, le piment de Cayenne (Capsicum annum) en poudre agit également contre le rhume. Enfin, n’oublions pas d’ajouter du jus de citron à ces différentes tisanes destinées à combattre les maux hivernaux: ce fruit jaune est en effet doué de propriétés antivirales, anti-inflammatoires et anti-infectieuses. À compléter encore par du miel ou de la propolis, aux vertus antibactériennes.


Phn Martine Versonne

Source:
Pharma-sphère

ema.europa.eu
buecher.heilpflanzen-welt.de
Chem Biodivers 2010;7(8):2023-34
Focus Alter Compl Ther 2017;11:14-5
Int J Dent Hyg 2007;5(4):232-5
Saudi Pharm J 2017;25(3):381-6